×

20 novembre 2019

Chili : 5 choses a faire dans le desert d’Atacama

Temps de lecture : 8 minutes

Une semaine dans le désert d’Atacama en 2 minutes de vidéo : un challenge compte-tenu de tout ce qu’il y a à faire la bas ! Ça se passe juste là !

Après le rythme effréné de nos premières semaines de tour du monde au Pérou et en Bolivie, nous décidons de poser nos valises pour une semaine dans le désert d’Atacama, au nord du Chili.

Notre camp de base : San Pedro de Atacama, petite ville dont les rues couvertes de sable fourmillent de voyageurs qui s’y installent pour quelques jours, le temps de découvrir la région. Entre septembre et fin octobre, les températures y sont déjà hautes en journée (jusqu’à 30 degrés) même si les nuits sont fraîches. On peut profiter de la ville et de ses environs en toute tranquillité avant le début de l’été chilien, synonyme de fortes chaleurs et de très nombreux touristes : c’est la saison idéale !

Nous louons une voiture pour profiter de la région de manière indépendante… Et poursuivre notre voyage, puisque nous ne la rendrons que 3 semaines plus tard à Santiago après avoir parcouru le Nord-Ouest de l’Argentine (voir notre article « Louer une voiture en Amérique du Sud »).

Infos pratiques
Où dormir ?

San Pedro de Atacama est un haut lieu touristique et regorge d’hôtels en tous genres, du plus simple au plus luxueux. Pour une semaine complète, nous nous installons à l’hôtel T’ika Wasi, un appart-hôtel un peu à l’écart du centre (10 minutes à pied).

Les plus

Dans une ville vivant principalement du tourisme, les prix des hébergements et des restaurants peuvent vite monter ! S’éloigner un peu du centre permet de réduire le budget hôtel (58 USD soit une cinquantaine d’Euros par nuit pour deux, sans petit déjeuner), et disposer d’une cuisine évite de prendre trois repas par jour à l’extérieur… Toujours utile !

Les moins

Dans une zone désertique comme San Pedro, s’éloigner du centre c’est aussi prendre le risque de limiter l’accès à certaines « prestations ». L’eau chaude n’est garantie que par un chauffage solaire (ce qui, au demeurant, nous paraît plutôt très bien) : douche froide assurée le matin ! L’hôtel ne propose par ailleurs pas de connexion internet, ce qui est peu problématique en vacances mais plus compliqué lorsque l’on doit travailler… Heureusement, la plupart des cafés / restaurants de la ville permettent d’obtenir une connexion, de plus ou moins bonne qualité.

Attention : cet hôtel n’accepte pas les cartes bancaires pour le paiement !

Bon à savoir

Au Chili, un étranger non résident ne paye pas la TVA sur l’hébergement (soit 19% du prix de la nuit), si les conditions suivantes sont réunies :

  1. Le paiement s’effectue en USD,
  2. L’hôtel est habilité à émettre des factures sans TVA (les hôtels de moins de dix chambres le sont rarement, renseignez-vous auprès vos hôtes en arrivant).

En fauteuil 

Il est très difficile de trouver un logement accessible à San Pedro ! Le nôtre présente l’avantage d’avoir une rampe à l’entrée (la majorité des hôtels du centre-ville ont une marche), mais nous devons composer avec la salle de bains, sa porte trop étroite, son espace restreint et sa marche dans la douche… Pas forcément simple, mais rien d’insurmontable comparé à nos expériences au Pérou et en Bolivie… On fait avec !

Où manger ?

Les restaurants ne manquent pas à San Pedro… D’ailleurs, vous n’y trouverez pratiquement que ça avec les hôtels et les agences de tourisme ! Mais nous y trouvons de très bonnes surprises en termes de qualité et d’accueil…

  • Ckunna : pour un dîner en extérieur au coin du feu et de la musique live les vendredis et samedis soirs. Des entrées aux desserts, d’excellents plats chiliens (les assiettes de viande à partager sont particulièrement excellentes),

  • Franchuteria : parce qu’il fait chaud à San Pedro, on apprécie particulièrement son jardin à l’ombre des arbres et ses jus de fruits frais. Fondée par un français, cette boulangerie améliorée propose aussi bien les meilleurs croissants et pains au chocolat (chocolatines ?) de la région que des sandwichs et d’excellents cafés… Une adresse parfaite pour travailler l’après-midi ou pour un brunch du dimanche…
Où retirer de l’argent ?

En Amérique du Sud, la plupart des banques prélèvent une commission sur les retraits, quelle que soit votre carte bancaire. Au Chili, cette commission varie entre 2 000 et 6 000 Pesos chiliens (CLP) en fonction des banques, ce qui n’est pas rien compte-tenu du fait que les retraits sont plafonnés à 200 000 CLP (soit environ 260€ à la période où nous y étions, mais les taux de change varient beaucoup dans le temps).

Comme beaucoup de choses se payent en liquide dans la région (notamment l’entrée des parcs et un certain nombre de restaurants, voire d’hôtels), mieux vaut chercher les distributeurs les moins chers… A San Pedro, le distributeur de la Scotiabank situé dans la pharmacie Cruz Verde qui se trouve au croisement de Caracoles et Toconao ne prend pas de commissions ! Idéal quand on veut limiter les frais…

Vous trouverez également de nombreuses agences de change dans le centre. Si la plupart se mettent d’accord sur les taux à appliquer, certains proposent des tarifs plus attractifs que d’autres. Le seul moyen est de se renseigner sur place en passant d’agence en agence, en croisant les doigts pour qu’il leur reste encore suffisamment de la monnaie que vous souhaitez récupérer à la fin de votre recherche…

Désert d’Atacama : nos coups de cœur

Les alentours de San Pedro sont riches en paysages et permettent des découvertes variées ! On vous a concocté un top 5 de ce qui nous semble immanquable dans la région : le voici !

1. Plonger dans l’eau claire de la Laguna Cejar (1/2 journée)

Distance de San Pedro : 20km dont 15km de piste praticable ; 30 minutes environ

Entrée du parc : 10 000 CLP par personne avant 14h ; 15 000 CLP après (gratuit pour les Personnes à Mobilité Réduite sur présentation de la carte d’invalidité)

Perdu au milieu du désert, le parc de la Laguna Cejar est en réalité un ensemble de trois lacs salés entre lesquels on peut se promener à pied dans un décor fabuleux. On peut y observer différents oiseaux, y compris des flamants roses… Et on peut même s’y baigner ! La particularité de cette lagune : sa concentration en sel vous permettra de flotter sans effort, une sensation très particulière que l’on ne trouve habituellement que dans la Mer Morte !

A travers l’eau claire, on observe des falaises sous-marines : un bain dans ces eaux à température changeante (du fait de l’activité géologique de la région) est un délice ! Des cabanons sont prévus pour déposer ses affaires au bord de l’eau et une douche (eau froide) et des WC sont à disposition sur place.

En fauteuil

Si les chemins autour des lagunes et les points de vue sont bien aménagés (passerelles en bois ou sol dur), les accès à la zone de baignade de la Laguna Cejar n’ont rien de particulièrement accessible. La zone est plutôt boueuse et il faut parfois traverser des plans d’eau (peu profonds). Pour aller se baigner, pas de moyen spécifique prévu : il vous faudra quitter votre fauteuil et y remonter par vos propres moyens pour accéder à l’eau. A noter que si vous ne vous déplacez pas en fauteuil mais que vous pourriez en avoir besoin, un fauteuil de prêt est mis à disposition par le parc sur demande au centre des visiteurs…

2. Voir un lever de soleil sur les Geysers d’El Tatio (1/2 journée)

Distance de San Pedro : 90km dont 20km de piste (état variable) ; 1h45 environ

Entrée du parc : 10 000 CLP par personne

Un réveil matinal qui vaut le détour ! Les geysers d’El Tatio font partie des plus étendus du monde et le spectacle au lever du soleil vaut le détour (à partir de 9h30 environ, la température extérieure n’est plus suffisamment basse pour que les volutes de vapeur se créent : on ne voit plus rien !).

Après cette étape dans le froid, un vrai bonheur de prendre un bain chaud dans les sources thermales !

Si vous n’avez pas de véhicule particulier, de nombreuses agences proposent ce tour dans le centre. Départ aux alentours de 4h30 !

En fauteuil

Les chemins d’accès aux geysers sont aménagés et les déplacements sont simples depuis les parkings prévus aux différents points d’intérêt du parc.

3. Passer une soirée sous les étoiles (4 heures)

La région de San Pedro est connue pour être l’un des endroits au monde où l’on voit le mieux les étoiles !

Dans cette étendue désertique, la pureté du ciel permet d’apprécier pleinement la voie lactée. Pour en profiter au mieux, nous décidons de passer une soirée à observer le ciel étoilé au télescope avec Time Travel Atacama : un guide passionné, des explications claires et pédagogiques accessibles aux non-initiés… Et une beauté à couper le souffle !

Prix : 30 000 CLP par personne

4. Parcourir à cheval la Vallée de la Mort (2 à 3 heures)

Le moyen idéal pour bien profiter du paysage !

Si plusieurs agences le proposent, nous choisissons le Rancho Cactus pour son professionnalisme, son attention aux besoins des cavaliers et des chevaux et son accueil chaleureux : une expérience incroyable !

Prix : 28 000 CLP par personne pour 3 heures

En fauteuil 

Monter à cheval en fauteuil ? Ca se fait !

On informe le bureau la veille de ce qu’on veut faire, on les renseigne sur notre niveau d’équitation (proche de 0, on avoue…). En arrivant sur place, les deux encadrants aident Pierre à s’installer sur la selle en le portant (ils n’ont pas de dispositif particulier) : et on est parti !

Bon à savoir en revanche : en fonction de votre degré de mobilité, monter à cheval n’est pas un exercice évident ! Sur une selle classique, le haut du corps est particulièrement mobilisé pour tenir en équilibre ! On est un peu secoué par une chute spectaculaire de Pierre pendant la balade (son cheval a trébuché, impossible de lui redresser la tête sans les abdos…). Plus de peur que de mal heureusement, mais même si la plupart des expériences d’handi-équitation se passent bien, cela n’est pas complètement sans risque !

5. Admirer les reliefs de la Vallée de la Lune (1/2 à 1 journée)

Distance de San Pedro : 6km ; 10 minutes environ

Entrée du parc : 10 000 CLP par personne (gratuit pour les Personnes à Mobilité Réduite sur présentation de la carte d’invalidité)

La Vallée de la Lune porte bien son nom ! Comme vous pouvez le deviner, on y trouve des paysages… Lunaires, évidemment. On se promène entre dunes de sable et rochers acérés, en voiture, à pied, ou à vélo ! Attention pour les deux dernières options : les températures montent vite et on n’y trouve pas d’eau ! Privilégiez les heures fraîches de la journée (le parc ouvre à 8h).

En fauteuil

L’intégralité du parc est accessible en voiture et on profite déjà bien des paysages depuis la route ! En revanche, entre sable et roches, difficile d’accéder aux points de vue qui sont en moyenne à 2,5 ou 3km des parkings… Malgré tous nos efforts, on n’a pu aller au bout d’aucun chemin…

En bonus

Nous avions déjà fait du sandboard à Huacachina, au Pérou, et n’avons pas souhaité renouveler l’expérience à San Pedro. On a donc profité d’être avec des amis pour leur faire tester et vous donner quelques infos sur cette activité très prisée dans la région !

Ils ont adoré leur expérience d’une demie journée (20 000 CLP par personne) avec Sandboard San Pedro : du bon matériel, un prof disponible… En bref un vrai bon moment !

Contrairement à Huacachina ou des buggys vous récupèrent en bas des dunes pour vous faire remonter, tout se fait à pied… Soyez prêt, c’est bien physique !

Dans notre prochain article

Après une semaine riche en découvertes, nous traversons les montagnes et la frontière et arrivons en Argentine pour notre premier passage dans ce pays magique (nous ferons par la suite plusieurs allers / retours entre le Chili et l’Argentine pour atteindre Ushuaïa, le point le plus au Sud du continent). De Tilcara à Mendoza, nous emprunterons des routes sans fin pour parcourir déserts, vallées luxuriantes et vignobles prospères…